Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A L’attention de M. JEANNEROT, Administrateur Judiciaire, Copies à MM. Laurent Bourgoin, Patrice Rousseau

La CFDT a clairement exprimé lors de la réunion du 12 Octobre trois revendications. Nous tenons à les formaliser car les réponses que vous nous apporterez le 20 sont de nature à conditionner notre signature d’un accord autour du Plan Social.

La réduction des coûts centraux Les critiques de la CFDT portent sur les économies de structure qui peuvent être largement augmentées sans remettre en cause le fonctionnement de l’entreprise. Ces mesures d’économie doivent à notre avis être présentées dans le projet d’accord pour avoir valeur d’engagements. Le projet devra porter également sur les mesures suivantes :

  • Mise en oeuvre des moyens nécessaires au remboursement de la créance sur Polymont Groupe
  • Réduction drastique des frais facturés par le groupe. Les frais groupe sont actuellement de 200.000 euros par mois, alors que l’entreprise perd au moins la même somme chaque semaine. Nous demandons à ce qu’ils soient réduits de moitié par rapport à 2014, ne serait-ce que pour tenir compte de l’évolution des effectifs.
  • Suppression du budget de promotion dans l’automobile. Ce budget de 400.000 euros, censé accroître notre notoriété, n’a jamais démontré son efficacité. Il ne se justifie clairement pas dans une société qui licencie.
  • Réduction des coûts de direction. La direction au sein de l’entreprise se doit de participer aux efforts de redressement d’une situation dont elle est largement responsable.

- Le nombre de postes de directeurs doit être réduit d’au moins une unité, - Le niveau de rémunération des directeurs doit être intégré au dispositif d’adaptation économique prévu dans le plan.

La protection des salariés les plus fragiles Vous nous demandez d’exclure du périmètre les activités (Carbase) et les sites (L’Ouest) que vous ne souhaitez pas déstabiliser. En contrepartie, nous vous demandons de mettre en place un dispositif de nature à protéger les salariés qui seraient les plus fragilisés par votre plan :

  • Exclusion du périmètre du plan des salariés de 52 à 59 ans, des handicapés et des salariés absents de l’entreprise pour maladie depuis plus de six mois
  • Enveloppe allouée aux mesures d’accompagnement

La CFDT considère que l’enveloppe de 200.000 euros que vous prévoyez d’allouer n’est pas proportionnée aux moyens de l’entreprise. Nous demandons qu’elle soit sensiblement augmentée, ne serait-ce que pour tenir compte du fait qu’une éventuelle signature de la CFDT vous permettrait, de votre propre aveu, de gagner deux semaines, c’est-à-dire au moins 400.000 euros. Nous débattrons mardi 20 du contenu de chacune des mesures. Cependant nous vous demandons, dès à présent de rehausser les indemnités conventionnelles des non cadres au niveau de celles des cadres.

Certes la CFDT privilégie le dialogue social qui, grâce à votre intervention, s’est passé jusqu’à présent de manière satisfaisante, mais vous devez comprendre qu’elle ne peut engager sa signature pour seulement permettre l’application locale des critères d’ordre des licenciements ou l’isolement du périmètre Carbase.

Nous sommes arrivés à une définition relativement consensuelle des critères d’ordre et des catégories professionnelles. Par contre, le blocage que nous avons constaté le 12 octobre sur nos revendications sur le volet économique et le financement du PSE, risque d’obérer la possibilité d’arriver à un accord le 20 octobre.

Pour autant, nous voulons croire qu’il existe encore une possibilité d’aboutir à un accord sur ce PSE et de redresser l’entreprise en vue d’une cession ultérieure. Nous continuerons donc à participer activement aux négociations en cours en espérant de votre part des avancées sur les revendications évoquées dans la présente. Pour ce faire, il nous semble nécessaire aussi de recevoir au plus tôt la version 2 du projet pour que nous ayons le temps de travailler dessus et de consulter sur les sacrifices qu’il requiert.

Nous apprenons aujourd’hui que le cabinet OSCEA est toujours en attente des informations promises par la direction de Polymont IT Services. Nous avons attiré votre attention par écrit dès le début de nos discussions sur la nécessaire fourniture de ces informations pour les négociations. Nous ne comprenons pas cette rétention d’information qui compromet gravement le processus en cours.

Nous sommes bien évidemment disponibles pour continuer à échanger avant la dernière réunion. Dans cette attente, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Pour la section CFDT Polymont IT Services

Tag(s) : #Périmés